27.9 C
Compiègne
dimanche, 7 août, 2022

Florence Parly, annonce le lancement en réalisation des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de 3e génération

A lire

AORC
AORC
Association des Officiers de la Région de Compiègne

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
DU MINISTÈRE DES ARMÉES

Florence Parly, ministre des Armées, annonce le lancement en réalisation des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de 3e génération (SNLE 3G)

Florence Parly, ministre des Armées, suivant les orientations du Président de la République, a décidé le lancement en réalisation du programme de quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de 3egénération (SNLE 3G), compte tenu des résultats positifs des études préparatoires conduites par la Direction générale de l’armement (DGA) et les armées. La loi de programmation militaire 2019-2025 prévoit que les SNLE 3G remplaceront les actuels SNLE de type Le Triomphant au fur et à mesure de leur retrait de service à compter de 2035, afin d’assurer la continuité de la posture de dissuasion de la Force océanique stratégique (FOST), avec au minimum un SNLE en patrouille à la mer en permanence. Le programme SNLE 3G est conduit par les armées et la Direction générale de l’armement qui en assure la maîtrise d’ouvrage d’ensemble, en collaboration avec la Direction des applications militaires du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA/DAM) pour la propulsion nucléaire. Il fait l’objet d‘un accord-cadre avec l’industrie pour le développement, l’industrialisation, la logistique et la production des quatre SNLE 3G. Naval Group assure la maîtrise d’œuvre d’ensemble de la fabrication des sous-marins, en cotraitance avec TechnicAtome pour la réalisation des chaufferies nucléaires. Le premier marché, qui va être notifié en 2021, couvre les études de développement jusqu’à fin 2025, la réalisation des premiers éléments de la coque et de la chaufferie du premier SNLE 3G, ainsi que l’adaptation des moyens industriels de fabrication de Naval Group aux spécificités de construction du SNLE 3G. Le programme SNLE 3G est un programme régalien, au cœur de la défense française ; c’est un investissement majeur de l’Etat qui va irriguer le tissu industriel français pour plusieurs dizaines d’années.

La composante océanique de la dissuasion nucléaire repose sur des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) qui garantissent la capacité d’infliger des dommages absolument inacceptables à tout agresseur étatique qui menacerait les intérêts vitaux de la nation.Cette mission est actuellement remplie par les quatre SNLE de deuxième génération (SNLE 2G) de type Le Triomphant en service. Les SNLE 3G prendront la relève de ces sous-marins. Ils répondront à l’évolution de la menace pour les 50 prochaines années et ils embarqueront les futures versions du missile stratégique M51.Le développement et la construction des SNLE 3G valoriseront les acquis des programmes SNLE 2G et de sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) Barracuda. Leur architecture permettra l’amélioration continue de leurs performances opérationnelles. Par rapport à leurs prédécesseurs, les SNLE 3G présenteront plusieurs avancées technologiques importantes, avec notamment une discrétion acoustique encore améliorée, une meilleure hydrodynamique, une manœuvrabilité augmentée et une propulsion encore plus silencieuse. La furtivité sera accrue, avec de nouveaux revêtements. Tous les senseurs seront au meilleur standard technologique, notamment en détection sous-marine.Le SNLE demeure l’objet technologique le plus complexe au monde. C’est à la fois une chaufferie nucléaire embarquée, une plateforme de lancement de fusées, un navire de combat avec un équipage de plus de 100 marins à faire vivre sous l’eau, en autonomie complète et en toute discrétion pendant près de trois mois. Le SNLE est un concentré de haute technologie doté des équipements les plus modernes en matière de détection, de communication, d’autodéfense et naturellement de mise en œuvre de son armement stratégique, le missile intercontinental M51. La construction du SNLE 3G nécessite l’intégration de près de 100 000 appareils, ainsi que des centaines de kilomètres de câbles et de circuits. Une telle réalisation demande un savoir-faire rare sur les plans technologique et industriel que très peu de pays au monde possèdent complètement.Pour relever ces défis dans la durée, il convient de pérenniser une filière industrielle souveraine de premier plan en ingénierie et en production de sous-marins de fort tonnage et de chaufferies nucléaires embarquées. Cette filière d’excellence bénéficie à l’ensemble de l’industrie française navale, que ce soient les programmes nationaux ou export. Près de 90 % de la valeur ajoutée du programme SNLE 3G sera produite en France pendant plusieurs dizaines d’années, ce qui représente environ 3000 emplois directs de très haute qualification non dé-localisables.
spot_img

Derniers articles

spot_img

Plus d'articles sur ce sujet