18.4 C
Compiègne
jeudi, 18 août, 2022

L’armée française commande les premiers équipements de guerre électronique communs aux trois armées

A lire

AORC
AORC
Association des Officiers de la Région de Compiègne

Article de Christina Mackenzie, publié sur https://www.c4isrnet.com/ le 8 février 2021

PARIS – La France va acquérir son premier système commun de renseignement électromagnétique tactique de Thales et Airbus, a annoncé l’agence d’approvisionnement de la DGA,  le 8 février.

Le contrat de 160 millions d’euros (193 millions de dollars américains) a été signé avec les deux sociétés le 31 décembre 2020, selon un communiqué de la DGA. Les premiers équipements du nouveau système seront fournis en 2023 et seront entièrement opérationnels d’ici 2025.

Le système sera constitué d’une série de capteurs combinables adaptés aux besoins d’un théâtre d’opération donné et quel que soit l’environnement – terrestre, naval ou aérien – dans lequel il sera exploité.

Le renseignement d’origine électromagnétique consiste à utiliser les signaux d’un adversaire – que ce soit des communications (comme la radio) ou électroniques (comme le radar) – pour recueillir des données. «Ces informations sont nécessaires pour protéger les forces engagées, pour déterminer l’intention de l’ennemi et pour pouvoir évaluer indépendamment la situation. Elle contribue à la liberté d’action des forces sur un théâtre d’opérations », a déclaré la DGA dans un communiqué.

Les capacités de guerre électronique actuelles des forces armées françaises ont été développées pour répondre aux besoins spécifiques de chaque armée. Le but du système commun est de fournir aux trois armées un système homogène, en utilisant autant de briques communes que possible pour garantir la continuité opérationnelle et l’utilisation conjointe des informations collectées.

Le nouveau système modernisera et complétera les capacités de guerre électronique actuelle, en tenant compte des nouvelles technologies de communication utilisées par les adversaires – qu’il s’agisse de détecter les émissions, de caractériser et de localiser les émetteurs ou d’intercepter les communications sur différentes gammes de fréquences – selon l’agence d’approvisionnement.

Dans l’armée de terre, les nouveaux équipements seront utilisés par le 54e Régiment de transmissions sur les véhicules Scorpion. Ils équiperont également les navires capitaux de la Marine et l’avion de patrouille maritime Atlantic 2, remplaçant et complétant les systèmes actuels. Les membres de la Force aérienne et spatiale utiliseront le système comme équipement au sol déployable pour protéger les bases aériennes.

Christina Mackenzie est la correspondante France de Defence News.

spot_img

Derniers articles

spot_img

Plus d'articles sur ce sujet