16.1 C
Compiègne
mardi, 9 août, 2022

SCAF : il faut que Français et Allemands trouvent un compromis et évitent l’irréparable

A lire

AORC
AORC
Association des Officiers de la Région de Compiègne

La coopération franco-allemande sur le système de combat aérien futur (SCAF) semble mal engagée : on parle de pillage de la technologie française détenue par Dassault, des Allemands qui pourraient partir seuls pour fabriquer le démonstrateur : qu’en est-il ? Le point avec Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l’IRIS.

Comment comprendre cette situation ?

Il faut tout d’abord bien comprendre les données du problème

Une coopération en matière d’armement ce n’est jamais simple, il faut que les intérêts des États et des entreprises soient préservés. Si l’on ne prend en compte que les Français et les Allemands, cela fait quatre acteurs : l’État français, l’État allemand et les entreprises Dassault et Airbus. Si on ajoute les acteurs espagnols, cela fait six avec l’État espagnol et l’entreprise Indra. Et il faut ajouter les entreprises de rang majeur comme Thales en France ou Safran et MTU pour les moteurs.

ViaIRIS
spot_img

Derniers articles

spot_img

Plus d'articles sur ce sujet