10.1 C
Compiègne
jeudi, 29 février, 2024

Au revoir à notre ami Yves Drouet

 Message rédigé et lu par Pierre DESPRET à l’occasion des funérailles de notre camarade et ami Yves DROUET, le vendredi 23 juillet 2021 en l’église Notre-Dame du Thil de Beauvais. 

Mesdames, messieurs, en vos titres, grades et qualités, Monsieur l’abbé, Chère famille, épouse, filles et petits enfants, Chers porte-drapeaux, Chers amis, Cher Yves. 

Je suis le lieutenant de réserve Pierre DESPRET, auditeur jeune de l’Institut des hautes études de défense nationale -IHEDN- et je représente aujourd’hui son président, Bernard Florin, empêché pour raisons familiales et à travers moi l’ensemble du monde associatif et militaire. 

Je ferai en sorte que cette parole puis exprimer toutes les facettes de l’engagement de notre camarade et ami Yves Drouet au cours de sa vie. L’exhaustivité et la concision sont des défis, tellement Yves fut engagé partout et pour tous. 

Engagé pour la jeunesse de notre nation, TOUJOURS 

Sa profession d’enseignant en sciences physiques l’a placé immédiatement en mesure de transmettre les savoirs, d’accompagner avec générosité la croissance de notre jeunesse, mais aussi de redonner confiance, d’encourager et finalement de faire se transcender ses élèves. Pour une transmission, il faut un émetteur et un récepteur. Yves était capable de s’adapter à ses élèves et de transmettre sa passion de la mécanique. 

Engagé associativement pour la jeunesse 

Yves fut un des membres fondateurs du CIDAN Civisme défense armée nation, un des premiers relais en région et au niveau national, lors de la création de cette association. Il y occupa des postes de délégué régional Picardie et délégué départemental Oise. 

Il fut auditeur régional de la 118e session IHEDN, membre du comité directeur en charge du trinôme académique et vice-président pour l’Oise 

Il fut aussi un membre actif de l’association des officiers de réserve de l’Oise (UNOR Beauvais Compiègne Senlis et Chantilly) et membre actif de la ANORAA (l’association nationale des officiers de réserve de l’armée de l’air. 

Je n’oublierai pas son engagement pour les jeunes du Meux, sa commune, dont il était président de l’AJU, l’association des jeunes Ulmesiens. Ceci en vue de concourir à l’éducation populaire et à l’épanouissement des jeunes du village 

Si d’aucun se serait contenté d’accumuler les fonctions et les titres, Yves fut capable de les mettre en harmonie, en résonance, afin d’offrir une portée toujours plus grande et toujours plus rayonnante à ses actions.

A) Yves fut l’inventeur des rallyes de la citoyenneté partagée, notamment au lycée Rothschild de Saint-Maximin et après à DOULLENS pour le rallye Michel POULTIER. 
Le concept est simple : faire se rencontrer militaires d’active, de réserve, anciens combattants, associations patriotiques et citoyennes, et surtout des jeunes ( !). Ceci autour d’épreuves citoyennes et de stratégies, d’activités sportives et de cohésion, le tout clôturé par des remises de trophées. 

En 10 ans, environ 1500 jeunes ont participé à ces rallyes. Yves a su faire connaître et reconnaître ses rallyes au niveau national. Ceci de telle manière qu’ils sont aujourd’hui pratiqués chaque année dans toute la France. 

Il a d’ailleurs reçu en 2013 la visite du ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, à l’occasion de la 9e édition. 

B) Notre ami fut également un pilier de l’IHEDN en Picardie avec notamment le trinôme académique qui regroupe -le ministère de l’éducation nationale -le ministère des armées et – une association : l’IHEDN. 
Ceci dans le but de promouvoir l’esprit de défense dans notre société, auprès des enseignants, des étudiants et de la jeunesse. Il fut même représentant du recteur de l’académie d’Amiens durant plusieurs années. 

Quelques chiffres, de 1996 à 2014, le trinôme académique c’est : 170 conférences ou exposés, 42 visites de sites militaro-industriels, 15 journées musicales militaires et culturelles pour les écoles primaires, 18 séminaires géopolitiques. 

En 18 ans d’action, nous pouvons estimer à 10 000, le nombre de personnes et de jeunes qui ont bénéficié de l’engagement de notre ami.

C) Ce n’est pas tout, notre camarade était pilote d’avion à l’aérodrome de Margny-lès- Compiègne… l’une de ses nombreuses passions. 
Détenteur des brevets aéronautiques nécessaires et professeur de sciences physiques, il contribua au développement du brevet d’initiation aéronautique (BIA) à destination des lycéens et étudiants de l’Oise (~400 jeunes/an). 

Le BIA comprends de nombreux cours, en plus du cursus normal des élèves, et permet d’acquérir une culture scientifique et technique de l’aéronautique et du spatial. 

Engagé dans les armées 

Engagé également dans les armées depuis son service militaire et sa formation EOR Elève officier de réserve, notre frère d’arme choisira l’arme du matériel (Pas de matériel, pas d’armée) ce qui le mènera, entre autres, vers la 3e brigade logistique de Beauvais, jusqu’au grade de lieutenant-colonel. Il poursuivra son engagement dans la réserve citoyenne après sa limite d’âge. 

Il était de ces chefs que l’on désire suivre et servir sans ambages, au caractère direct mais juste, bienveillant et éclairant. 

Vous avez pu noter que l’engagement ne fut pas un vain mot pour Yves. Il a réalisé le don de soi, bénévolement, toujours pour la jeunesse de notre nation. Il fut un exemple pour nous tous. 

Il faisait en sorte de toujours se trouver aux interfaces entre différentes associations, différents ministères, différentes cultures, différents âges, différents milieux sociaux, de telle manière à faire naître des idées nouvelles et ensuite à les matérialiser avec une volonté irrésistible. Sa puissance de travail faisait qu’il était très sollicité par ses camarades pour leur venir en aide dans leurs projets. 

Voltaire dans Candide nous inviter à « cultiver notre jardin ». Une interprétation pourrait être de ne s’occuper que de son quotidien « Métro, boulot, dodo. » Yves à cultivé le jardin de notre nation. Pour arriver à faire société, il nous faut du liant, des valeurs communes, des repères collectifs. Par ses nombreux engagements pour la jeunesse, Yves à précisément enrichi la France, enrichit notre nation et finalement contribué à un monde meilleur. 

Je soulignerai enfin l’effort consenti par son épouse et ses 2 filles et petits enfants. Alors qu’il était engagé pour la France, hors de la maison ou en réunion, elles se retrouvaient seules à veiller sur le foyer. 

Si nos militaires, d’active ou de réserve, si nos porte-drapeaux, si nos associations et bénévoles, peuvent s’engager pleinement, c’est précisément parce qu’il y a une famille solidaire de leur engagement, et je les en remercie. 

Pour revenir à Voltaire, il nous disait dans le traité sur la tolérance « je sème un grain qui pourra produire, un jour, une moisson. » 

Au regard du parcours de Yves, reconnaissons ensemble le nombre de grains qu’il a semé tout au long de sa vie. 

J’en suis un, et je sais ne pas être le seul dans cette assemblée. 

J’ai rencontré Yves à l’été 2013 lors de la préparation de l’action TUC Tous unis pour la cité : Intégration citoyenne des nouveaux étudiants de l’UTC Compiègne. Il m’a fait découvrir l’IHEDN, ses études, son trinôme, sa camaraderie, ses projets. Maintenant, à mon tour, je sème des grains…. 

Seul, on ne peut rien faire, alors je souhaiterais que nos pensées et nos prières se tournent vers Yves, mais également, vers le président d’honneur de l’IHEDN Picardie, Bernard LEPERS. 

Bernard LEPERS fut à ses côtés associatif et amical, sur le terrain, toutes ces années. Symboliquement, à travers eux 2, se trouvent remerciés l’ensemble de bénévoles et des militaires, 

d’active et de réserve, qui ont co-construits et poursuivis les chantiers engagés par Yves avec tant de force et de vigueur. Puissent nos pensées les accompagner. 

Le lieutenant-colonel de réserve Yves Drouet est médaillé de la jeunesse, des sports et de l’engagement associatif, médaillé des services militaires volontaires, médaillé de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale, mais également, chevalier de l’ordre national des palmes académiques et enfin chevalier de l’ordre national du mérite. 

Je terminerai par la devise de la France : Liberté, Egalité, Fraternité. 

Mon colonel, MERCI !